18/04/2005

Humour par correspondance.

Lettre d'une mère à son fils.
 
Si tu reçois cette lettre, cela voudra dire qu’elle est bien arrivée.

Sinon préviens-moi,
que je te l’envoie une seconde fois.

Je t’écris lentement, car je sais que tu ne lis pas rapidement.

Dernièrement, ton père a lu une enquête disant que la plupart des accidents se produisent à quelques kilomètres de la maison, c’est pour cela que nous avons décidé de déménager un peu plus loin. La maison est splendide, il y a une machine à laver, mais j’ignore si elle est en service, hier j’y ai mis du linge, tiré sur la chaînette, et tout a disparu ! je cherche le mode d’emploi.

Le temps n’est pas trop désagréable ici, la semaine dernière, il n’a plut que deux fois. La première pendant trois jours, la seconde pendant quatre jours.

Au sujet du manteau que tu désirais, ton oncle Pierre a dit que si je l’expédiais avec les boutons, qui sont lourds, cela coûterait très cher, alors je les ai arrachés et les ai mis dans la poche droite.

Ton père a trouvé du travail, il a sous lui environ 500 personnes. Il désherbe le cimetière. Ta sœur Julie, qui vient de se marier, attends un heureux événement, tout en ignorant le sexe, c’est pourquoi je ne peux te dire si tu seras oncle ou tante.

Si c’est une fille, elle a l’intention de l’appeler comme moi. Cela fait tout drôle d’appeler sa fille maman !

Ton frère Jean a eu un gros problème. Il a refermé sa voiture avec les clés à l’intérieur. il a dû retourner à la maison à pied pour récupérer le second jeu de clés, et revenir nous sortir du véhicule.

Si tu as l’occasion de rencontrer ta cousine Monique, donne lui le bonjour de ma part. si tu ne la vois pas, ne lui dis rien.

 
Ta mère.


Ps : je voulais te mettre un peu d’argent dans l’enveloppe, mais je l’ai déjà collée.

Les commentaires sont fermés.